Albums coup de coeur

Je n’ai pas toujours le temps d’écrire sur tous les livres qui passent entre nos mains, surtout que nous en consommons beaucoup, j’ai donc voulu vous faire un petit article sur 3 de nos auteurs et albums coup de coeur.

Petite beauté d’Anthony Browne

pb.jpg

Nous avons eu un véritable et gros coup de coeur pour ce livre et plus largement pour cet auteur. Cet album est inspiré de l’histoire vraie du gorille Koko, capable de communiquer en langue des signes, qu’Anthony Browne a transformé en sublime histoire d’amitié. Un hymne au respect de la différence, à l’amitié et à la solidarité. Un album drôle et extrêmement touchant à la fois, d’une grande tendresse. On en sort tout chamallow et rempli d’amour. Les illustrations sont absolument magnifiques, les textes très courts parfait pour les petits. Mon fils l’adore et le connaît entièrement par coeur. Du même auteur, nous avons également adoré Un Gorille à compter. Pas d’histoire dans ce dernier, juste des illustrations là encore absolument sublimes, pour apprendre à compter. Un gorille, deux orangs-outangs etc. jusqu’à 10.

9782877677530.jpg

 

Petit bateau de Stephen Savage

51OsPKwwwVL._SX258_BO1,204,203,200_.jpg

Ce livre là est peut être destiné aux plus petits, mon fils aime toujours le relire de temps à autre, mais on l’a surtout beaucoup lu autour de ses 1 an et demi environ. On a adoré ses illustrations vintage, son histoire autour de la solidarité, sa douceur. Du même auteur on a également beaucoup lu et apprécié Quel camion. Un album dans lequel on suit cette fois des camions, dont le plus modeste d’apparence là encore, va devenir le super héros de tous. Deux jolies histoires.

9782211227940.jpg

 

Platipuce de Chris Riddell 

platipuce-9782211063586_0.jpg

Alors ces deux livres c’est simple, on a du les lire environ un million de fois, au bas mot. Là encore des illustrations vintage beaucoup trop mignonnes, un petit héros Ornithorynque qui change un peu et qui a permis à mon fils de se passionner pour l’Australie. Des petites histoires rigolotes pour lesquelles mon petit s’est pris de passion. Il connaît les textes par coeur et ne s’en lasse pas.

221106518X.08.LZZZZZZZ.jpg

 

 

On n’est pas des poupées – Delphine Beauvois et Claire Cantais

Je continue sur ma lancée, après l’article sur les culottées que je recommande à absolument TOUTES les femmes dès l’adolescence (et aux hommes et jeunes garçons aussi d’ailleurs) je suis tombée par hasard à la médiathèque, sur un chouette livre destiné cette fois aux petites filles, dont le titre m’a de suite interpellé : On n’est pas des poupées.

« On n’est pas des poupées » est un livre très graphique, plus d’illustrations que de texte, ce qui est parfait pour le jeune public. Les illustrations sont riches et le choix des mots percutant, mais tout en humour : « Du rose pour les filles ? Beurk c’est la couleur des saucisses! » On détourne les stéréotypes habituels avec finesse et humour en encourageant les petites filles à ne pas se sentir obligées d’être ce qu’on leur inspire le plus généralement.

Le livre se termine sur une double page de très courts portraits de féministes telles que Louise Michel ou Rosie la riveteuse, pour n’en citer que deux. Un superbe livre pour insuffler un vent de liberté aux petites filles.

46dfcbb986d4ab83248c1f2c4d9217ba.jpg

Comme je dois souvent l’expliquer lorsque j’aborde mes positions « féministes » et mon combat contre l’éducation genrée, il n’est nullement question d’interdire aux petites filles de jouer à la poupée ou d’imposer aux petits garçons de le faire. Imposer un système de représentation à la place d’un autre serait tout aussi absurde. La seule chose que je souhaite c’est qu’on laisse les enfants suivre leur propre voie sans les inciter dès l’enfance dans des parcours genrés tout tracés. Car malheureusement parce qu’aujourd’hui la culture dominante veut qu’on habille les petites filles en rose et qu’on leur raconte des histoires de princesse dès le plus jeune âge, pendant qu’on offre des camions de pompiers aux petits garçons, il est important que ce genre de livre existe pour montrer aux petites filles que d’autres voies sont possibles et qu’elles peuvent être ce qu’elles veulent et qui elles veulent. Etre une princesse glitter, une super héroïne badass ou une inventrice de génie, peu importe, tant que ce choix est réellement le leur. D’ailleurs l’idée ce serait même de leur apprendre qu’elles peuvent être tout ça en même temps si elles veulent, qu’elles n’ont à se limiter et s’enfermer dans rien.

« On n’est pas des poupées » fait d’ailleurs partie d’une chouette collection : Jamais trop tôt pour lutter contre les stéréotypes aux Editions la Ville brûle que je vous invite à découvrir.

L’Univers expliqué en image – Hubert Reeves

Lors d’une de nos visites à la bibliothèque je suis tombée par hasard sur ce livre dans la section jeunesse des plus grands. Passionnée par les « mystères de l’Univers » depuis mon enfance et grande admiratrice de Mr Reeves, il ne m’en fallait pas plus pour embarquer ce livre avec moi.

1.jpg

Le livre est résumé ainsi sur la quatrième de couverture :

« Je dédie ce livre à mes petits-enfants. En commençant à l’écrire, j’ai pris conscience de la valeur symbolique que je pouvais lui donner : celle d’un testament spirituel. Que voudrais-je leur raconter sur ce grand Univers qu’ils continueront à habiter après moi ? J’ai alors songé à ces conversations avec l’une de mes petites-filles, où nous observons, étendus sur des chaises longues, le ciel étoilé. Je me suis senti revivre ces soirées de mois d’août avec mes enfants qui me bombardaient de questions pendants que nous attendions les étoiles filantes. La contemplation de la voûte céleste et le sentiment de notre présence parmi les astres provoquent un désir partagé d’en savoir plus sur ce mystérieux cosmos que nous habitons. Il sera question de science, ce qui n’exclut pas la poésie. » H.R.

Une présentation qui a tout de suite fait écho à ma propre enfance et aux mêmes soirées d’été passées dans le jardin de ma grand-mère à attendre les étoiles filantes en me posant mille questions. A ceci près que ma grand-mère, elle, n’avait pas les réponses d’Hubert Reeves et c’est précisément l’objet de ce livre. Un support merveilleux pour les parents qui veulent répondre plus précisément aux questions de leurs jeunes enfants, un livre que les jeunes ados pourront lire et comprendre seuls, mais tout autant un ouvrage pour les adultes désireux eux aussi de mieux comprendre l’Univers de façon très accessible.

C’est un livre grand format, de la catégorie des « beaux livres » avec de très belles images, écrit en gros caractères, totalement adapté à un jeune public donc. Il se lit très facilement, et présenté sous forme de dialogue entre Hubert Reeves et sa petite fille, il permet d’en faire de même avec ses enfants. Chaque question est abordée indépendement de façon précise, tout en suivant un fil conducteur d’explication du fonctionnement de l’Univers. Du moins de la connaissance qu’on en a aujourd’hui. Un très beau livre donc, mais surtout très riche. Précis sans jamais être rébarbatif, au contraire, c’est une introduction parfaite pour ouvrir l’appétit des petits ou grands curieux.

A noter qu’il existe aussi dans une version poche, moins chère et plus pratique à lire.

2.jpg

Si jamais l’Univers passionne ou interpelle déjà vos enfants en bas âge, il existe quelques ouvrages que je trouve très bien pensés.

lespace-a-toucher.jpg

L’espace à toucher : Pour les tous petits dès les premiers mois, il existe ce très joli livre à toucher, en gros carton rigide. Bon, on se doute bien que ce n’est pas un jeune bébé qui va exprimer d’interêt pour l’espace de lui même, mais si vous êtes ou connaissez un parent passionné, c’est un très chouette livre à découvrir. Au premier abord il peut sembler moins intéressant d’un point de vue sensoriel que les autres albums de cette  collection, en effet moins de matières à reproduire dans un livre sur l’espace que sur les animaux de la jungle. Mais c’est finalement celui ci et celui sur les dinosaures, présentant lui aussi moins de matière à toucher, que notre fils a préféré. Car s’ils présentent en effet moins de textures, ils sont par contre beaucoup plus colorés et riches en contenu. De fait, dans un premier temps l’enfant est d’abord attiré par les couleurs qui éveillent sa curiosité et les quelques jeux de matières, mais en plus l’intérêt se prolonge ensuite par la découverte du contenu du livre qui pourra l’intéresser encore quelques années.

lespace.jpg

La collection des p’tits docs est abordable autour de deux ans environ, après tout dépend du sujet et de l’intérêt de l’enfant, c’est une collection très vaste et les sujets sont très variés. Nous on aime beaucoup beaucoup cette collection, chaque album (choisi en fonction des intérêts de notre fils, toujours) répond toujours très bien à sa curiosité. Selon les albums, le contenu n’est pas forcement compréhensible entièrement de suite, c’est donc là aussi une collection qui garde un intérêt plusieurs années et c’est toujours appréciable. La couverture est en carton rigide et les pages en papier plastifié, parfait donc pour des petites mains.

ep.jpg

Les kididocs ensuite, abordables autour de 3-4 ans. Toujours en gros carton rigide et toujours évolutifs. Les livres sont d’abord attrayants par leur côté interactif, le contenu peut être expliqué par les parents dans un premier temps, avant d’être totalement compréhensible, là encore sur plusieurs années.

Si l’interêt perdure autour de 5-6 ans et à partir de l’indépendance de lecture, une belle encyclopédie de l’espace fera aussi toujours son petit effet sur un petit passionné. A partir de cet âge, les ouvrages sont plus variés et pourront être accompagnés de différents jeux de découvertes comme des télescopes, des microscopes ou encore des jeux d’exploration de la nature. Des magazines comme Science et Vie Junior sont aussi très chouettes pour accompagner les premières envies de découvertes et des petits passionnés.

Bonne lecture ! 🙂