On n’est pas des poupées – Delphine Beauvois et Claire Cantais

Je continue sur ma lancée, après l’article sur les culottées que je recommande à absolument TOUTES les femmes dès l’adolescence (et aux hommes et jeunes garçons aussi d’ailleurs) je suis tombée par hasard à la médiathèque, sur un chouette livre destiné cette fois aux petites filles, dont le titre m’a de suite interpellé : On n’est pas des poupées.

« On n’est pas des poupées » est un livre très graphique, plus d’illustrations que de texte, ce qui est parfait pour le jeune public. Les illustrations sont riches et le choix des mots percutant, mais tout en humour : « Du rose pour les filles ? Beurk c’est la couleur des saucisses! » On détourne les stéréotypes habituels avec finesse et humour en encourageant les petites filles à ne pas se sentir obligées d’être ce qu’on leur inspire le plus généralement.

Le livre se termine sur une double page de très courts portraits de féministes telles que Louise Michel ou Rosie la riveteuse, pour n’en citer que deux. Un superbe livre pour insuffler un vent de liberté aux petites filles.

46dfcbb986d4ab83248c1f2c4d9217ba.jpg

Comme je dois souvent l’expliquer lorsque j’aborde mes positions « féministes » et mon combat contre l’éducation genrée, il n’est nullement question d’interdire aux petites filles de jouer à la poupée ou d’imposer aux petits garçons de le faire. Imposer un système de représentation à la place d’un autre serait tout aussi absurde. La seule chose que je souhaite c’est qu’on laisse les enfants suivre leur propre voie sans les inciter dès l’enfance dans des parcours genrés tout tracés. Car malheureusement parce qu’aujourd’hui la culture dominante veut qu’on habille les petites filles en rose et qu’on leur raconte des histoires de princesse dès le plus jeune âge, pendant qu’on offre des camions de pompiers aux petits garçons, il est important que ce genre de livre existe pour montrer aux petites filles que d’autres voies sont possibles et qu’elles peuvent être ce qu’elles veulent et qui elles veulent. Etre une princesse glitter, une super héroïne badass ou une inventrice de génie, peu importe, tant que ce choix est réellement le leur. D’ailleurs l’idée ce serait même de leur apprendre qu’elles peuvent être tout ça en même temps si elles veulent, qu’elles n’ont à se limiter et s’enfermer dans rien.

« On n’est pas des poupées » fait d’ailleurs partie d’une chouette collection : Jamais trop tôt pour lutter contre les stéréotypes aux Editions la Ville brûle que je vous invite à découvrir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s